Actualités

Recherche

Revue Viruses, les résultats du projet COVIDAC publiés

Depuis juin 2020, une équipe pluridisciplinaire associant des vétérinaires, des virologues et des médecins issus de VetAgro Sup, de l’Institut de Recherche pour le Développement de Montpellier, du Centre Hospitalier Régional Universitaire de Besançon, de l’Institut Pasteur et du Centre International de Recherche en Infectiologie s’est fixée pour objectif d’évaluer l’intensité de la circulation du SARS-CoV-2 parmi les animaux domestiques, dans une approche résolument One Health.

La première étude publiée par cette équipe pluridisciplinaire en santé humaine et animale dans la revue One Health, a montré qu’une proportion relativement élevée de chiens et de chats particulièrement exposés au virus avaient été infectés par le SARS-CoV-2 (i.e. possédant des anticorps mais sans avoir eu de symptômes). En effet, parmi les chiens et les chats vivant dans un foyer où au moins une personne avait été diagnostiquée COVID-19+, plus d’un animal sur cinq possédaient des anticorps anti SARS-CoV-2, ce qui représente un taux 8 fois plus important que celui retrouvé dans la population générale de chiens et de chats. Les conclusions de cette étude pionnières ont depuis été confirmées par d’autres travaux réalisés dans d’autres pays.

Il est donc établi que les chiens et les chats peuvent être infectés par le SARS-CoV-2 dans des conditions naturelles mais il est très rare qu’ils tombent malades. L’une des inconnues qui persistait était le risque que ces animaux pouvaient représenter pour l’humain. Pour préciser cela, VetAgro Sup a travaillé avec le Centre International de Recherche en Infectiologie à Lyon, l’Institut de Recherche pour le Développement à Montpellier et le Centre Hospitalo-Universitaire de Caen. Entre avril 2020 et avril 2021, afin de rechercher des traces du virus, des échantillons de salive ont été prélevés chez les animaux reçus dans les cliniques de VetAgro Sup avec l’accord de leur propriétaire. Plusieurs centaines de prélèvements ont ainsi été analysés et ont montré que le risque de transmission du SARS-CoV-2 d’un animal à l’humain est négligeable. A ce jour, aucun cas de transmission du SARS-CoV-2 d’un chien ou d’un chat vers un humain n’a jamais été identifié.

En cas d’infection avéré d’un membre du foyer par le SARS-CoV-2, il est recommandé de limiter au maximum les contacts du patient humain avec les animaux domestiques afin de ne pas prendre le risque de leur transmettre le virus.

Consultez l’article publié dans la revue scientifique Viruses (en anglais).