Action du CPVL

Le centre de Pharmacovigilance, localisé sur le site de VetAgro Sup, assure la réalisation de la Pharmacovigilance Vétérinaire sur le territoire français. Une convention lie VetAgro Sup et l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES) / Agence Nationale du Médicament Vétérinaire (ANMV) pour le fonctionnement de ce cente.
Ce centre recueille et analyse les cas de suspicions d’effets indésirables chez l’homme et l’animal à la suite de l’usage d’un médicament vétérinaire.
Le centre travaille en collaboration avec le CNITV 24h/24, nuits et jours fériés. Les suspicions d'effets indésirables peuvent donc être rapportés à toute heure par téléphone, mail, fax ou courrier.

Responsable :
Florence BURONFOSSE-ROQUE

cpvl@vetagro-sup.fr
tel : 04 78 87 10 40
fax : 04 78 87 45 85


La pharmacovigilance, qu'est-ce que c'est ?

Il s'agit de la surveillance des effets indésirables observés sur les animaux ou sur les personnes en contact avec un médicament vétérinaire. Depuis le décret 99-553 du 02/07/99, la notification des cas de pharmacovigilance vétérinaire est devenue obligatoire en France. Le décret d'août 2003 élargit le champs de la pharmacovigilance.

 

Télécharger le formulaire de déclaration d'évènement indésirable chez l'animal (Médecine de groupe (Production animale))

Télécharger le formulaire de déclaration d'évènement indésirable chez l'animal (Médecine individuelle)

Pour les cas chez les humains, les déclarations sont à faire via le nouveau " Portail de signalement des évènements sanitaires indésirables" :

Qui est chargé de cette surveillance ?

Au sein de l'ANSES , l'Agence Nationale du Médicament Vétérinaire (ANMV) est chargée d'organiser la pharmacovigilance. Elle s'appuie sur le relais de centres de pharmacovigilance situés dans les Écoles Nationales Vétérinaires. C'est ainsi que s'est créé le Centre de Pharmacovigilance Vétérinaire de Lyon (CPVL) à VetAgro Sup. Il bénéficie de l'expérience de plus de 25 ans en matière de pharmacovigilance du Centre National d'Informations Toxicologiques Vétérinaire (CNITV).

Place du CPVL au sein de la Pharmacovigilance en France :

Quelles sont les missions du CPVL ?

Le centre recueille les notifications d'effet indésirable de médicament vétérinaire (transmises par tous les professionnels de santé). Il a une mission d'évaluation et d'expertise. Il transmet ces informations à l'ANMV. Enfin, il assure une formation à la pharmacovigilance pour tous les professionnels concernés.

Les éléments de la réussite du CPVL

Accueil et disponibilité :

Les notifications sont recueillies 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 (par téléphone ou par courrier).
ResponsableFlorence BURONFOSSE-ROQUE

Assistance :

Pendant son appel, le demandeur est conseillé sur la conduite à tenir devant l'effet indésirable auquel il est confronté (évaluation rapide, soins à mettre en oeuvre, pronostic...). La conception française de la pharmacovigilance vétérinaire diffère ainsi de celle d'autres pays européens où les notifications sont purement administratives. Au CPVL, cette disponibilité unique et cette assistance permettent de collecter un nombre important de notifications spontanées, en hausse constante de plus de 10 % chaque année.

Compétence :

Trois vétérinaires experts en pharmacovigilance assurent le traitement des cas. Leur expérience d'évaluation et d'expertise des données permet une collaboration efficace avec l'ANMV et tous les membres de la profession vétérinaire en France et en Europe. F. Buronfosse-Roque, X. Pineau et S. Queffélec sont membres de la Commission de Pharmacovigilance Vétérinaire. Le CPVL assiste l'ANMV au sein du groupe de travail de pharmacovigilance de l'Agence Européenne du Médicament.

Mise en oeuvre de moyens uniques :

Une base de données bibliographique (ToxVet®, gérée par B. Rebelle-Hercberg, 28 000 articles, 1 700 ouvrages, 1 400 thèses) permet la consultation sur place des documents. Une base de données spécifique (Sentinel®) comprend plus de 20 000 cas de pharmacovigilance, auxquels il convient d'ajouter 8500 cas enregistrés dans le logiciel VTox® avant la mise en service de Sentinel®. Ce système informatique est à forte valeur ajoutée : les cas sont analysés et validés avec une méthode standardisée, les recherches sont puissantes et rapides. Certains industriels utilisent le même logiciel. La collaboration étroite avec le Laboratoire de Toxicologie et les enseignants de pharmacie-toxicologie de VetAgro Sup permet un travail synergique et une grande efficacité grâce à la complémentarité des compétences.

Partage de connaissances :

Un EPU sur la pharmacovigilance vétérinaire a été organisé à l'ENVL en avril 2001. Le premier symposium international de pharmacovigilance avait d'ailleurs déjà eu lieu à Lyon en 1990 (organisé par le CNITV). Le centre participe à l'encadrement de thèses et à l'enseignement sur le médicament vétérinaire. Depuis plusieurs années, une T1Pro forme des étudiants de 5e année à la pharmacovigilance vétérinaire. La qualité de cette formation est démontrée par l'intérêt de l'industrie vétérinaire qui sollicite les étudiants à la fin de leur cursus.

Le CPVL est un maillon essentiel de la pharmacovigilance vétérinaire en France. Il participe donc pleinement au pôle d'excellence pharmaco-toxicologique mis en place au sein de VetAgro Sup.