Retour sur le séminaire vétérinaire faune sauvage

Retour sur le séminaire vétérinaire faune sauvage

Les 1er, 2 et 3 février 2019 s’est tenue, dans le cadre du cycle de conférence « Global Health » de VetAgro Sup, une rencontre avec des acteurs qui interviennent dans la gestion sanitaire de la faune sauvage.

Ces rencontres étaient organisées sur le campus vétérinaire de VetAgro Sup, à l’initiative du réseau « vétérinaires faune sauvage », 10 ans après les rencontres d’écologie vétérinaire qui s’étaient tenues à la Tour du Valat (Bouches-du-Rhône) en 2009. Une trentaine de professionnels impliqués dans différentes activités liées à la faune sauvage (centre de soins, recherche, gestion, enseignement…), en grande partie des vétérinaires, sont venus assistés à ces 3 jours de rencontres. Ce sont autant d’étudiants, en provenance de trois écoles vétérinaires françaises, intéressés par ces échanges et la découverte des métiers en lien avec la faune sauvage, qui se sont joints à eux. Ces rencontres ont débuté par une série de conférences placées sous le sigle « Global Health », rassemblant les participants du séminaire ainsi qu’une vingtaine d’auditeurs de VetAgro Sup et de ses partenaires. Elles portaient sur trois thèmes :

  • les nouvelles approches pour la surveillance des maladies infectieuses dans la faune sauvage;
  • l’interface entre animaux sauvages, les animaux domestiques et les humains ;
  • les liens entre biodiversité et santé.

Ces rencontres se sont poursuivies par des tables rondes autour de ces thèmes, de discussions animées sur les sujets d’actualité en matière de santé de la faune sauvage et, enfin, par une visite de la fondation Pierre Vérots dans la Dombes (Ain). Ces journées ont été riches en discussions, en échanges, en partages d’expérience et en informations. Elles auront permis de renforcer les liens entre des professionnels travaillant avec la faune sauvage au sein de structures bien distinctes (Anses, écoles nationales vétérinaires, ONCFS, cliniques libérales, centres de soins…), d’amener des pistes de réflexions pour promouvoir l’intérêt pour la faune sauvage et la biodiversité dans la formation des vétérinaires, et de promouvoir auprès des futurs vétérinaires les activités liées à la faune sauvage. Il en ressort que l’interdisciplinarité et la collaboration des acteurs sont fondamentales dans l’étude, la surveillance et la gestion de la faune sauvage et la sauvegarde de la biodiversité ; les vétérinaires, en tant que scientifiques respectés, y ont un rôle à jouer. Il est également important d’apprendre à connaître et d’utiliser habilement les nouveaux outils et les nouvelles méthodes pouvant être appliquées à la recherche ou bien à la surveillance de la faune, à l’instar des projets de science participative ou du séquençage nouvelle génération.