VetAgro Sup est né le 1er janvier 2010 de la fusion de l'École nationale vétérinaire de Lyon, l'École nationale d'ingénieurs des travaux agricoles de Clermont-Ferrand et l'École nationale des services vétérinaires.

Institut d'enseignement supérieur et de recherche en alimentation, santé animale, sciences agronomiques et de l'environnement, VetAgro Sup est implanté sur les deux régions Auvergne et Rhône-Alpes et place au premier rang de ses objectifs la formation de vétérinaires et d’ingénieurs, la production de connaissances et l'appui aux acteurs économiques dans les domaines de l'alimentation, santé animale, des sciences agronomiques et de l’environnement. VetAgro Sup forme les étudiants autour des multiples activités professionnelles vétérinaires et agronomiques (santé animale, santé publique, protection et sécurité animale, protection environnementale, nutrition et science de aliments, etc.).

Ce grand établissement à été la première structure française créée pour former à la fois des ingénieurs agronomes et des docteurs vétérinaires, au sein des établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPCSCP). Ce modèle est conforme aux modèles internationaux, renforçant la lisibilité internationale de la structure.
Avec 1200 étudiants, et 120 enseignants-chercheurs réunis dans cette aventure, VetAgro Sup propose un ensemble de formations de haut niveau dans le domaine du vivant, lisible et compétitif à l’échelle nationale, européenne et internationale.

Le campus vétérinaire de Lyon (Marcy l’Etoile) et le campus agronomique de Clermont (Lempdes) sont tous deux valorisés, car ils offrent des cadres reconnus pour le développement de l’enseignement et de la recherche. Des prestations et services sont également proposés aux entreprises et partenaires institutionnels et professionnels : analyses de laboratoires, dispositifs médicaux, conseils et expertise. Les collectivités partenaires (régions Rhône-Alpes et Auvergne, Grand Lyon et Clermont Communauté, départements du Rhône et du Puy-de-Dôme) trouvent ici un nouveau trait d’union pour le développement de leur compétitivité, de leur potentiel scientifique et de leur attractivité internationale.

Un petit point d’histoire vétérinaire…

L’ancienne École Vétérinaire de Lyon est à la fois doyenne et mère des écoles et facultés vétérinaires du monde.
C’est en effet le 4 août 1761 que Claude Bourgelat, Directeur de l’Académie d’Équitation de Lyon, obtient du roi Louis XV l’autorisation et les moyens de créer, grâce à l’appui de son ami Henri-Léonard Bertin, alors Contrôleur Général des Finances, « une École où l’on enseignerait publiquement les principes et les méthodes de guérir les maladies des bestiaux ».
Au début de l’année suivante, les premiers élèves furent accueillis dans une ancienne auberge aménagée dans le quartier de la Guillotière à Lyon. L’établissement fut élevé en 1764 au rang d’École Royale Vétérinaire et poursuivit son essor sur ce site jusqu’en 1796 quand, devenue trop exiguë et insalubre, elle fut transférée dans le quartier de Vaise sur les quais de Saône, dans l’ancien Couvent des Deux-Amants.
Après avoir créé l’École de Lyon, Bourgelat édifia en 1766 celle de Maisons-Alfort.
À Lyon et à Alfort furent formés à la fin du XVIIIème siècle des disciples de Bourgelat qui, français émigrés ou étrangers, allèrent construire dans toute l’Europe des établissements d’enseignement vétérinaire directement inspirés du modèle français. Au XIXème et au XXème siècle, il en fut de même pour le reste du monde.

photo1photo2photo3230800-1984-00597cnsmd038

 + d'infos