Quatre enjeux planétaires majeurs :
la santé, l’alimentation, le développement durable et le partage des connaissances

Une seule santé, animale et humaine

Les problématiques de santé animale et humaine doivent être étudiées dans leur ensemble, selon le principe « One World, One Health, One Medicine »

Les maladies animales conduiraient selon certaines estimations à 20 % de perte mondiale de production des espèces animales destinées à la consommation humaine. Par ailleurs, 60 % des maladies humaines connues et 75 % des maladies humaines émergentes sont d’origine animale.

La maîtrise de la santé animale est donc un enjeu majeur pour l’homme, tant du point de vue de la sécurité alimentaire que de celui de la sécurité sanitaire.

L’alimentation : un enjeu mondial

En plus de garantir la bonne santé des êtres vivants, l’un des enjeux mondiaux concerne l’accès à une alimentation suffisante en quantité et satisfaisante en qualité.

Le développement démographique de certaines régions du monde pose en effet la question de la sécurité alimentaire : quantité des productions alimentaires et de leur partage mondial. Afin d’encourager l’autonomie et l’autosuffisance de certains pays, il est aujourd’hui ainsi nécessaire de réfléchir à de nouveaux systèmes de production alimentaire.

Ces systèmes de production animale et végétale doivent ainsi être suffisamment efficaces tout en conservant les ressources naturelles. Ceci passe notamment par une utilisation optimale des territoires cultivables. En plus de répondre aux exigences de quantité, il est également nécessaire de répondre aux exigences de qualité, tant au niveau de la sécurité sanitaire et de l’hygiène que de la réponse aux besoins nutritionnels. La qualité intrinsèque des aliments tant au niveau de leur origine que de leurs propriétés gustatives est ainsi devenue une exigence des consommateurs, comme le montre le rapport des 2èmes assises de l’industrie alimentaire. Il est ainsi devenu essentiel de répondre à ces exigences en soutenant notamment le développement de la filière biologique.

Un développement mondial nécessairement durable

Le monde dans sa globalité est aujourd’hui confronté à la problématique du développement durable. Le développement durable repose sur trois dimensions : la dimension environnementale, la dimension économique et la dimension sociale.

Du point de vue environnemental, les actions aujourd’hui engagées devront être poursuivies, notamment en ce qui concerne la réduction de la pollution et la conservation des ressources. Les systèmes de production agricole et alimentaire sont ainsi une des sources de pollution (pesticides, pollution des sols et de l’eau) les plus importantes. Un autre enjeu majeur au niveau environnemental est la conservation des ressources en eau, en énergie et de la biodiversité, dont la conservation fait partie des Objectifs Mondiaux pour le Développement. Enfin, il faudra prendre en compte le changement climatique et adapter les systèmes et méthodes actuels.

Du point de vue économique, il s’agit de prendre en compte les évolutions de la production agricole et industrielle et des tissus économiques locaux. Des travaux devront être menés notamment sur la multi-utilisation des territoires ruraux, sur l’adaptation des systèmes de production et sur le maintien des surfaces agricoles tout en prenant en compte l’évolution des territoires. De plus, la question de l’urbanisation croissante et la péri-urbanisation concomitante sont un des enjeux fondamentaux du futur équilibre économique entre ville et campagne, et une meilleure compréhension de ces phénomènes et de leurs conséquences est nécessaire.
Enfin, du point de vue social, il sera nécessaire de promouvoir l’égalité des chances pour tous, l’ouverture des institutions publiques, tout en développant et adaptant de nouveaux métiers aux évolutions économiques et environnementales. Les bouleversements environnementaux et économiques causent en effet de profondes mutations dans les sociétés qui doivent aujourd’hui s’adapter à un nouvel environnement.

Des connaissances devant être partagées et diffusées

Seule une démarche globale permettra de répondre aux enjeux précédemment cités. Il n’existe cependant aujourd’hui pas d’unité mondiale en ce qui concerne la connaissance de ces enjeux. La diffusion et le partage des connaissances sont ainsi primordiaux à une évolution positive de la situation mondiale.

La diffusion des connaissances ne doit ainsi pas être réduite à la vulgarisation. En effet, même si celle-ci est nécessaire, le partage des savoirs est plus efficace pour répondre aux enjeux planétaires. La diffusion de ces données scientifiques est aujourd’hui facilitée par les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, mais il est nécessaire de lui donner une dimension internationale. Compte tenu de la multiplicité des sources possibles d’information, il faut également développer et promouvoir des centres de références scientifiques, garants de la qualité des communications.

En outre, cette diffusion concerne ainsi directement les publications scientifiques mais aussi la formation. Le développement du savoir scientifique et technique est ainsi aujourd’hui garanti par la formation de base et la formation continue au cours de la vie professionnelle.

Des échanges d’envergure internationale entre des acteurs de typologies très différentes

Le contexte mondial se dessine aujourd’hui à une échelle globale où les décisions impliquent un nombre toujours plus important d’acteurs.

Les thématiques précédemment citées, toutes d’envergure internationale, concernent à la fois les échanges entre pays développés et les échanges avec les pays émergents. Les acteurs et les décideurs dans ces domaines devront disposer de connaissances et de compétences à la hauteur des enjeux. Une reconnaissance internationale aux niveaux académique, scientifique et professionnel est nécessaire.

Il faut ainsi se positionner dans un contexte d’échanges dominés par la langue anglaise devenue incontournable, tout en participant au renforcement de la francophonie. Le développement du français contribue en effet à la diversité linguistique et culturelle, qui est l’une des grandes causes défendues par la France sur la scène internationale.

Organisation