État sanitaire de la faune sauvage : le pôle d’expertise de VetAgro sup renforcé

État sanitaire de la faune sauvage : le pôle d’expertise de VetAgro sup renforcé

Dans un contexte d’épidémies récurrentes dans la faune sauvage et de risque de transmission d’agents pathogènes aux animaux domestiques, voire à l’homme (pestes porcines, tuberculose, brucellose...), le ministère de l’Agriculture va contribuer au renforcement du pôle Expertise Vétérinaire et Agronomique Animaux Sauvages (EVAAS) de VetAgro Sup. Objectif : apporter aux acteurs publics et privés un appui scientifique à la décision.
Le renforcement du pôle EVAAS vise la production de données scientifiques, la coordination d’une expertise technique multidisciplinaire et un renforcement de la formation. Ses missions seront complémentaires à celles des autres experts du domaine concerné, en particulier de l’ONCFS (réseau SAGIR) et de la chaire de biosécurité aviaire de l’École Nationale Vétérinaire de Toulouse.

Des enjeux de santé publique, de production agricole et de santé des écosystèmes

 

Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a souhaité s’impliquer financièrement dans ce projet à hauteur de 900.000 euros sur une période de 3 ans et a défini, en accord avec VetAgro sup, deux axes de travail prioritaires :

  • L’amélioration de la connaissance de l'état sanitaire de la faune sauvage et de ses déterminants ;
  • La création d’outils de gestion sanitaire de la faune sauvage, notamment en situation de proximité avec les animaux domestiques.
  • Le soutien accordé par l’État témoigne de l’enjeu fort que représente aujourd’hui l’état sanitaire de la faune sauvage en termes de protection de la santé publique, de préservation de la production agricole et de la santé des écosystèmes. L’émergence ces dernières années de nouveaux agents pathogènes a en effet démontré l’intérêt d’une approche scientifique et multidisciplinaire de ces problématiques.

 

Source : http://agriculture.gouv.fr/etat-sanitaire-de-la-faune-sauvage-le-pole-dexpertise-de-vetagro-sup-renforce
Crédit photo : @Min.Agri.fr