Création d’un Centre national de référence sur le bien-être animal

Création d’un Centre national de référence sur le bien-être animal

Mardi 28 février 2017 au Salon de l’Agriculture et en présence de Stéphane Le Foll, Emmanuelle Soubeyran, directrice générale de VetAgro Sup a signé la convention qui entérine la création d'un Centre national de référence sur le bien-être animal.

Ce centre, piloté par l’INRA, prévu par la Loi d’Avenir pour l’agriculture est une mesure phare du Plan d’actions sur le bien-être animal lancé par le ministre en avril 2016.

VetAgro Sup a participé à la constitution de ce projet, accompagné des 3 autres écoles nationales vétérinaires (Maisons-Alfort, Toulouse et Nantes) et de certains acteurs de la recherche appliquée (Idele, Itavi, Ifip) représentés par l'ACTA.

Le Centre national de référence (CNR) sur le bien-être animal aura 4 missions :

  • Organiser un partage des connaissances avec l'ensemble des acteurs impliqués dans le bien-être animal (les éleveurs et détenteurs d'animaux, les vétérinaires, les chercheurs).
  • Diffuser les résultats de la recherche et des innovations techniques.
  • Apporter un appui scientifique et technique à tous les acteurs.
  • Constituer un centre de ressources pour la formation sur le bien-être et la protection animale.

A l’occasion de la signature de la convention de création du CNR, Emmanuelle Soubeyran a rappelé que « les vétérinaires sont des acteurs centraux du bien-être animal »VetAgro Sup dispose d’atouts reconnus pour relever le défi que représente une amélioration du bien-être des animaux :

  • Une expertise scientifique reconnue
  • Une expertise en formation initiale et continue
  • Une activité de valorisation et de transfert importante
  • Un réseau large de partenaires

Une complémentarité interdisciplinaire unique associant les sciences « historiques » vétérinaires et agronomiques du bien-être animal : comportement, médecine de troupeaux, zootechnie, physiologie, (1 professeur et deux maitres de conférences identifiés spécifiquement bien-être animal) et les sciences humaines, sociales et juridiques notamment par le biais de l’ENSV (1 diplôme d’établissement spécifiquement dédié au droit de l’animal). Cette complémentarité est aujourd’hui essentielle pour que les avancées scientifiques puissent être mises en œuvre réellement sur le terrain et aussi car la question du bien-être dépasse largement le seul cadre scientifique.

Pour en savoir plus :