Actualités

Activités scientifiques Covid-19

COVIDAC, la recherche en marche

Sur les traces des coronavirus

Le premier coronavirus a été identifié en 1931 par deux vétérinaires, soit plus de 30 ans avant que le premier coronavirus humain soit identifié. Ainsi, ces virus ont longtemps été considérés comme un groupe d’intérêt principalement vétérinaire, jusqu’à l’émergence du SARS-CoV-1 en 2002, qui a révélé le haut potentiel de risque en santé publique associé à cette famille virale.

Les Coronaviridae sont des virus comprenant deux sous-familles dont celle des Orthocoronavirinae, couramment désignés coronavirus. Cette sous-famille est elle-même subdivisée en quatre genres : alphacoronavirus, betacoronavirus, gammacoronavirus et deltacoronavirus[1]

Chez l’Homme, plusieurs coronavirus sont associés à des maladies plus ou moins graves. Quatre d’entre eux provoquent des symptômes relativement bénins, tandis que trois autres sont d’origine zoonotique (qui se transmet de l’homme à l’animal et vice-versa) et peuvent provoquer des syndromes respiratoires sévères. Chez le chat, on retrouve des alphacoronavirus (Feline coronavirus type I et II, Feline coronavirus ou FCoV) responsables de deux formes cliniques, une forme entérique peu sévère, et une forme généralement fatale, la péritonite infectieuse féline. Chez le chien, on connait également un alphacoronavirus responsable d’une maladie intestinale hautement contagieuse, le canine coronavirus (CCoV), ainsi qu’un betacoronavirus à l’origine d’une pathologie respiratoire émergente chez le chien et circulant dans de nombreuses régions, dont l’Europe, le Canine respiratory coronavirus (CRCoV).

Depuis l’émergence du SARS-CoV-2, de rares cas d’infections d’animaux domestiques ont été identifiés, principalement des chats, les chiens semblant moins sensibles que ces derniers. Ainsi, la proximité des virus circulant chez l’Homme et les animaux domestiques, de même que les mécanismes de recombinaison déjà documentés entre coronavirus de différentes espèces posent la question du rôle potentiel des animaux domestiques dans l’épidémiologie du COVID-19, dans le contexte d’une épidémie massive qui est observée en Europe. 

Le projet COVIDAC

Grâce à l’implication de différents chercheurs et partenaires, en particulier le soutien financier « action COVID-19 » de  l’IDEX Lyon, un projet de recherche en épidémiologie et santé publique vétérinaire a pu voir le jour à VetAgro Sup, le projet COVIDAC (COVID-19 et Animaux de Compagnie).

Le projet COVIDAC, coordonné par les Dr Vincent Legros, Emilie Krafft et Céline Pouzot et rassemblant des médecins vétérinaires et des chercheurs du Centre International de Recherche en Infectiologie (CIRI), du laboratoire d’analyses vétérinaires (LAV) et de plusieurs services du Centre hospitalier Vétérinaire animaux de compagnie de VetAgro Sup (notamment SIAMU), vise à clarifier le rôle potentiel des animaux de compagnie (chien, chat) vis-à-vis du SARS-CoV-2, l’agent responsable de la pandémie de COVID-19, dans un contexte épidémique massif observé aujourd’hui en Europe, et particulièrement en France.

Plus particulièrement, cette recherche a pour but d’apporter des éléments permettant :

  • D’identifier les animaux domestiques potentiellement infectés grâce à des tests de dépistage sérologique et des tests de diagnostic direct par RT-PCR
  • De décrire les signes cliniques éventuels associés à la maladie
  • D’estimer le risque de transmission de l’animal vers l’Homme
  • D’estimer la prévalence du portage et de l’infection par le SARS-CoV-2 chez les animaux domestiques

Tous les animaux inclus dans le projet COVIDAC feront l’objet d’au moins un prélèvement sanguin afin de réaliser un test de séroneutralisation et d’un prélèvement oropharyngé pour test moléculaire et isolement viral.

Ces animaux seront prélevés sur le site de VetAgro Sup ainsi que dans des cliniques vétérinaires partenaires de l’étude, de façon à assurer la réalisation de prélèvements en toute sécurité pour l’animal, l’équipe de prélèvement et les propriétaires.

Nos partenaires :

Centre international de recherche en infectiologie (CIRI) : dépistage sérologique – Dr Vincent Legros

Laboratoire d’analyses vétérinaire (LAV) : dépistage RT-PCR diagnostic – Pr Angeli Kodjo

CHU Vétérinaire : recrutement cohorte, prélèvements, suivi médical et quarantaine – service d’urgences animaux de compagnie/SIAMU, Dr. Céline Pouzot-Nevoret (unité APCsé), service de médecine interne, Dr. Emilie Krafft et service de médecine préventive, Pr Michel Pépin

 

Ce travail est réalisé grâce au soutien financier du Projet IDEXLYON de l’Université de Lyon dans le cadre du Programme Investissements d’Avenir (ANR-16-IDEX-0005).

 

[1] Coronaviridae – Positive Sense RNA Viruses – Positive Sense RNA Viruses (2011). International Committee on Taxonomy of Viruses (ICTV) https://talk.ictvonline.org/ictv-reports/ictv_9th_report/positive-sense-rna-viruses-2011/w/posrna_viruses/222/coronaviridae.