Actualités

Recherche

Covid-19 : Faire un rappel avec un vaccin différent boost l’efficacité de la réponse immunitaire

D’après une étude publiée ce mois-ci dans la prestigieuse revue Nature et portant sur la vaccination Covid-19, une équipe de scientifiques français a démontré que la primovaccination avec deux vaccins différents serait plus efficace qu’une vaccination avec deux vaccins identiques. Les résultats de cette étude sont le fruit d’une collaboration multidisciplinaire en santé à l’échelle de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Vincent Legros, vétérinaire et maître de conférences à VetAgro Sup et chercheur au CIRI (Centre International de Recherche en Infectiologie), a contribué à la réalisation de cette étude dont il est co-premier auteur.

Pour les sujets de moins de 55 ans ayant reçu une première injection du vaccin AstraZeneca, la Haute Autorité de Santé a recommandé une deuxième dose avec un vaccin ARN suite à l’apparition possible d’effets secondaires indésirables. Les Hospices Civils de Lyon, le CHU de Saint-Etienne, l’Université Claude Bernard Lyon 1, l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne, l’Inserm, le CNRS, l’ENS de Lyon, le Centre international de recherche en infectiologie et bioMérieux ont caractérisé la réponse immunitaire anti-SARS-CoV-2 chez  des soignants des Hospices Civils de Lyon ayant reçu soit deux injections du vaccin Pfizer à 4 semaines d’intervalle (schéma homologue), soit le vaccin développé par AstraZeneca, suivi 12 semaines plus tard d’une injection avec le vaccin développé par Pfizer (schéma hétérologue).Les chercheurs et chercheuses ont relevé une protection environ deux fois plus importante vis-à-vis de l’infection, dans le groupe ayant reçu la combinaison AstraZeneca/Pfizer.

Plus précisément, le Dr vét. Vincent Legros est intervenu avec son équipe de recherche afin d’explorer le niveau d’anticorps neutralisants dans le sérum des personnes vaccinées à l’aide de 2 protocoles. Cette réalisation a été réalisé à l’aide d’un système in vitro en utilisant des pseudoparticules virales préalablement mis au point. Ce système permet ainsi d’évaluer rapidement et précisément le niveau de ces anticorps sans devoir manipuler un virus infectieux en laboratoire.